English version

DISCOGRAPHIE

Albums

Big Yum Yum > bio

Big Yum Yum est le résultat de la rencontre entre Fabio Viscogliosi et Silvain Koelsch.

Fabio Viscogliosi :
Auteur, compositeur et interprète de son premier album "Spazio" (microbe, 2002). Remarqué depuis 1998 pour ses apparitions sur scène avec The Married Monk et Yann Tiersen, l'enregistrement de l'album "Tout est calme" de Yann Tiersen (1999), et l'album "Rocky" de Married Monk (2001) sur lequel il a signé et chanté deux morceaux et repris "Ancora tu" sublime chanson de Lucio Battisti. Egalement dessinateur salué pour ses livres illustrés "L'oeil du chat ou récemment", "Dans l'space", éité au Seuil, Cornelius ou à l'Association.

Silvain Koelsch :
Depuis 1992, collaboration à BIG YUM YUM, puis des compositions pour solistes ou films d'animations, pièces de théatre. Apparition dans "Spazio" de Fabio Viscogliosi. Corniste dans différents orchestres, a enregistré de nombreuses créations notamment avec Jean-Marie Macchado, Riccardo del Fra ou Jérome Naulais, et suivi aussi la baguette de chefs tels que E. Smetanov. Sylvain Koelsch également pédagogue et directeur d'orchestre.

Orchestre incongru :
Les enregistrements eurent lieu de janvier à  juin 1995. Pour être précis, disons que le Big Yum Yum se composait pour la circonstance de 11 musiciens, dont sept enfants, solistes appliqués, issus de la même école de musique.

Musiques de film :
Le choix des thèmes se faisait avec la plus parfaite mauvaise foi. Films fétiches pour certains ("Le Grisbi", "La Vie à  l'envers", "Le Chien andalou"), le souvenir comme seule partition, la plupart du temps. Citons les grands absents (Moriconne, Rota), par trop évidents. Notons que la plupart des thèmes fonctionnent en séquences, mais des
séquences accidentées, répétées avec un entêtement enfantin. Une idée bancale de l'infini, donc.

Jeux d'enfants :
L'enregistrement se déroulait en général en deux temps. Répétition avec les enfants et enregistrement de leur partie sur un accompagnement minimaliste. A partir de là , overdubs et mixage, avec le souci de conserver cet esprit de débutant, d'utiliser les accidents de parcours. Des standards joués par un orchestre incongru.

Méthode :
Le matériel était volontairement rudimentaire: un magnétophone analogique Fostex 8 pistes et un microphone AKG. Les effets étaient le plus souvent absents ou exagérément appuyés, l'ensemble dégageant un son brut, élémentaire. Ou Lee Scratch Perry s'associant à  Terry Riley et Sun Ra pour revisiter innocemment la BO inquiétante du "Roman d'un tricheur" ou la mélodie émouvante du "Grisbi". On assiste ainsi à  un glissement de terrain organisé et la rumeur que l'on entend sur "Les Valseuses", bruits de ville et pluie fine, réverbérée à  l'intérieur d'une cour d'immeuble devient à  son tour irréelle.

Science-fiction :
Les images sont à  l'avenant.
A l'intérieur du livret, une silhouette floue cherche un équilibre précaire. En ouverture, la soucoupe volante planant au dessus de la forêt s'inspire d'une photographie prise par George Adamski qui, en novembre 1952, prétendit avoir reçu la visite d'un Vénusien. Adamski, figure légendaire du monde des OVNI, hypothétique écrivain de science-fiction, cherchait-il à  tromper le monde ?

Espace-temps :
Clic clac, disque faussement familier, ni hommage, ni compilation, trace des diagonales improbables entre un Offenbach joué au Fender rhodes et le tango de Bunuel martelé par un synthétiseur obstiné.

Futur :
Big Yum Yum est sur le point de se reformer pour un nouveau projet. A suivre...